Sujets âgés + protéinurie = rechercher une DMLA ?

Le 21 août 2009, par Louis LEVY,

Existe-t-il un lien entre dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) et néphropathie chronique, deux véritables problèmes de santé publique, allant croissant, qui ont tous deux été associés aussi aux facteurs de risque cardiovasculaires ? C’est ce qu’ont cherché à savoir des auteurs britanniques qui ont évalué la relation, peu explorée jusque-là, entre ces deux pathologies.

Ils ont, pour ce faire, comparé le débit estimé de filtration glomérulaire (DFG) et la protéinurie chez 516 patients ayant une altération de la vision liée à la DMLA et 2 755 témoins ayant une vision normale. Cas et témoins provenaient d’un essai communautaire (le Medical Research Council Trial) de prise en charge des sujets âgés et d’évaluation de multiples paramètres de santé, mené dans 106 structures de médecine générale représentatives du Royaume-Uni en termes de mortalité et de conditions économiques.

L’étude, transversale, qui a porté sur des patients âgés de plus de 75 ans, suivis dans 49 de ces structures de soins a estimé le DFG selon la formule du MDRD (Modification of Diet in Renal Disease formula), et recherché l’existence d’une protéinurie à la bandelette réactive, en milieu de jet et en l’absence d’infection urinaire.

L’analyse a été menée après ajustements sur de nombreux facteurs confondants potentiels, dont l’âge, le rapport tour de taille/tour de hanche, les antécédents de maladie cardiovasculaire, l’existence d’une HTA, la consommation d’alcool, le tabagisme, l’existence d’un diabète, ainsi que sur les conditions de vie au domicile.

Elle a porté sur 414 cas de DMLA et 2 312 témoins pour lesquels les données de DFG et la protéinurie étaient disponibles, et met en évidence une association positive entre l’existence d’une protéinurie et la DMLA chez les hommes (odds ratio [OR]=2,06 ; intervalle de confiance à 95 % [IC95] de 1,05 à 4,04), mais non chez les femmes (OR=0,62 ; IC95 de 0,36 à 1,08).

Chez les hommes dont le DFG était inférieur à 45 ml/min/1,73 m2, une association entre DFG et DMLA a été notée, qui ne persistait pas significativement après ajustement sur la protéinurie, suggérant que la protéinurie pourrait être le facteur principal indépendamment associé à la DMLA. Ces résultats n’ont pas été observés dans la population féminine.

Cette étude, conduite indépendamment de la maladie rénale sous-jacente, a inclus un grand nombre de cas issus de la population du Royaume-Uni, et de témoins, et a pris en compte de multiples facteurs potentiels de confusion. Il en ressort de nettes différences entre hommes et femmes en termes de relation entre DMLA et DFG et protéinurie. Elle trouve des associations, biologiquement plausibles, entre protéinurie et DMLA, chez les hommes, mais pas chez les femmes (peut-être en raison d’erreurs de mesure chez les femmes âgées), à confirmer et répliquer dans d’autres études. Elle suggère néanmoins une recommandation, celle de l’examen ophtamologique des patients âgés ayant une protéinurie.

30/07/09
(JIM)
Dr Julie Perrot

Post-Scriptum :

Nitsch D et coll. : Associations between chonic kidney disease and age related macular degeneration. Ophthtalmic Epidemiol 2009 ; 16 : 181-6.
 

Commentaires de l'article

 
sami22
Le 6 août 2013
Bonsoir, merci pour cet article, ainsi toute protéinurie chez un sujet âge doit faire suspecter une dégénérescence maculaire liée à l’âge ?

À propos de cet article

Dernière mise à jour le :
21 août 2009
Statistiques de l'article :
34 visiteurs aujourd'hui
18725 visiteurs cumulés
Mots-clés :

Google

La citation du jour

Visiteurs ! Où êtes-vous ?

Map IP Address
Powered byIP2Location.com

Identifiez-vous

Certaines rubriques du site ne sont accessibles qu'aux visiteurs identifiés


mot de passe oublié ?

SPIP 1.9.2c [10268] | BliP 2.4 | XHTML 1.0 | CSS 2.0 | RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs par jour (cumul) : 4383 (3378844)