Améliorer la prescription de psychotropes chez les personnes âgées

Le 7 novembre 2007

Un ensemble d’actions "concertées" est proposé pour améliorer la prescription de psychotropes chez les personnes âgées, notamment en cas d’insomnies, de dépression ou de troubles liés à la maladie d’Alzheimer, selon un rapport présenté mercredi par la Haute autorité de santé

"50% des personnes âgées de plus de 70 ans prennent ou ont pris des psychotropes et 20% d’entre elles en consomment de façon chronique", a souligné le Pr Laurent Degos, président de la HAS, qui a réuni depuis un an des groupes de travail incluant les différents acteurs concernés (professionnels de santé, assurance maladie, ministère de la Santé..), afin de dresser "un état des lieux".

A l’issue de cette "démarche participative", un calendrier d’actions à mettre en oeuvre de 2007 à 2009 a été établi. La prescription des antidépresseurs aux patients âgés "réellement dépressifs est souvent insuffisante", alors que d’autres médicaments, en particulier les benzodiazépines, sont trop prescrits en cas de troubles du sommeil ou de signes d’anxiété, constate le rapport. "La dépression est souvent mal diagnostiquée et mal traitée", a précisé à l’AFP le Pr Degos.

Le rapport relève également une "surprescription de neuroleptiques" dans certains troubles du comportement (cris, agitation, agressivité, déambulation…) chez les personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer ou de troubles apparentés.

Il faut "remettre en confiance" ces personnes vivant en institution, en leur parlant, en veillant à faire leur toilette chaque jour à la même heure, en évitant l’excès de luminosité, explique le Pr Degos, plutôt, dit-il, que de leur donner des neuroloptiques qui "peuvent faire plus de mal que de bien".

Modalités d’arrêt des benzodiazépines et médicaments apparentés chez le patient âgé Méthode Recommandation pour la pratique clinique

Promoteur Haute Autorité de Santé

Objectifs Proposer des stratégies pour faciliter l’arrêt des benzodiazépines (BZD) et médicaments apparentés à l’ensemble des médecins amenés à renouveler une prescription de ces médicaments chez un patient âgé de plus de 65 ans.

Les patients concernés sont les patients âgés de plus de 65 ans recevant depuis au moins 30 jours un traitement par BZD ou médicaments apparentés.

Ces recommandations s’articulent autour des questions suivantes :

- Quels sont les risques liés à la consommation de BZD et les bénéfices de leur arrêt chez le patient âgé de plus de 65 ans ?
- Comment évaluer la difficulté de l’arrêt ?
- Comment diagnostiquer, prendre en charge et prévenir le syndrome de sevrage aux BZD ?
- Quelles sont les précautions particulières à l’arrêt des BZD chez le patient âgé de plus de 65 ans ?
- Quelles sont les stratégies d’arrêt des BZD chez le patient âgé de plus de 65 ans ?

Voir les documents sur le site HAS

À propos de cet article

Dernière mise à jour le :
7 novembre 2007
Statistiques de l'article :
20 visiteurs aujourd'hui
10966 visiteurs cumulés

Google

La citation du jour

Visiteurs ! Où êtes-vous ?

Map IP Address
Powered byIP2Location.com

Identifiez-vous

Certaines rubriques du site ne sont accessibles qu'aux visiteurs identifiés


mot de passe oublié ?

SPIP 1.9.2c [10268] | BliP 2.4 | XHTML 1.0 | CSS 2.0 | RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs par jour (cumul) : 4317 (3375834)