Revue de presse novembre 2007

Le 21 novembre 2007, par Louis LEVY,


- Risque de troubles cognitifs ou de démence chez les parents de patients souffrant d’une maladie de Parkinson
- Syndromes neuropsychiatriques et démence de type Alzheimer
- Bon état dentaire et déclin cognitif
- Signification de l’atrophie du lobe temporal médial : une étude IRM post-mortem chez les sujets très âgés
- Essai in vitro de deux agents antioxydants, sur des fibroblastes de patients atteints de maladie d’Alzheimer
- Atteinte cognitive et sclérose latérale amyotrophique
- Syndromes neuropsychiatriques et démence de type Alzheimer


- Syndromes neuropsychiatriques et démence de type Alzheimer (Neuropsychiatric Syndromes in Dementia. Results from the European Alzheimer Disease Consortium : Part I.Dement Geriatr Cogn Disord. 2007 Nov 7 ;24(6):457-463. Aalten P, Verhey FR, Boziki M, Bullock R, Byrne EJ, Camus V, Caputo M, Collins D,De Deyn PP, Elina K, Frisoni G, Girtler N, Holmes C, Hurt C, Marriott A, Mecocci P, Nobili F, Ousset PJ, Reynish E, Salmon E, Tsolaki M, Vellas B, Robert PH.)


Le but de cette étude de l’EADC, European Alzheimer Disease Consortium regroupant une cinquantaine de centres européens spécialisés dans la prise en charge des démences de type Alzheimer (DTA), fut de répertorier des différents types de troubles neuropsychiatriques dans cette maladie. L’identification de ces troubles reposait du questionnaire de la NPI, Neuropsychiatric Inventory, qui s’appuie sur l’interrogatoire d’informants proches. Dans cette étude multicentrique, 2354 patients atteints de DTA ont été évalués, et 4 syndromes neuropsychiatriques étaient particulièrement fréquents : l’hyperactivité, les troubles de type psychotique (hallucinations, idées délirantes), les troubles de l’humeur (dépression, dysphorie) et l’apathie. Cette dernière était la plus fréquente et présente chez 65% des patients.

En conclusion, cette large étude multicentrique confirme la prévalence élevée des troubles neuropsychiatriques chez les patients DTA.


- Atteinte cognitive et sclérose latérale amyotrophique (Cognitive impairment in amyotrophic lateral sclerosis. Lancet Neurology 2007 ; 6:994-1003.Phukan J, Pender NP, Hardiman O.) La sclérose latérale amyotrophique (SLA) est une maladie neurodégénérative touchant les motoneurones centraux et périphériques et peut s’accompagner de troubles cognitifs et comportementaux. À partir d’une revue de la littérature, Phukan et al. font le point sur ces troubles cognitifs. La fréquence de tout trouble neuropsychologique en cas de SLA est mal connue car variable selon les études (mais proche de 50 % pour la plus grande étude concernant 279 patients vus consécutivement). Toutefois, 5% des patients environ présentent un tableau bien défini, comparable àcelui des formes frontales de dégénérescence lobaire fronto-temporale, et un lien clinique et physiopathologique pourrait exister entre ces deux maladies. L’atteinte cognitive se caractérise par des troubles comportementaux àtype de changement de personnalité, d’irritabilité, de troubles obsessionnels, et par des troubles attentionnels et dysexécutifs àl’examen (avec notamment une réduction de la fluence verbale). Enfin les auteurs rappellent la nécessité d’éliminer d’autres causes de troubles cognitifs comme un syndrome dépressif sous-jacent ou une hypoventilation nocturne.


- Essai in vitro de deux agents antioxydants, sur des fibroblastes de patients atteints de maladie d’Alzheimer (Lipoic Acid and N-acetyl Cysteine Decrease Mitochondrial-Related Oxidative Stress in Alzheimer Disease Patient Fibroblasts. J Alzheimers Dis. 2007 Sep ;12(2):195-206.Moreira PI, Harris PL, Zhu X, Santos MS, Oliveira CR, Smith MA, Perry G.)

L’acide lipoïque et la N-acétyl cystéine sont des agents antioxydants, dont l’action a été testée in vitro sur des fibroblastes de patients atteints de démence de type Alzheimer (DTA) et chez des sujets contrôles sains sur le plan cognitif. Les fibroblastes de patients DTA avaient initialement les niveaux les plus élevés de stress oxydatif et les deux agents utilisés ont entraîné une diminution significative du taux de marqueurs d’oxydation, mais aussi de protéines Caspase 9 et Bax, marqueurs d’apoptose. Cet effet protecteur était d’autant plus marqué que ces deux agents étaient utilisés simultanément. Ces résultats encourageants mais àconfirmer in vivo suggèrent qu’une supplémentation en agents antioxydants, l’acide lipoïque et la N-acétyl cystéine pourrait être faire partir de l’arsenal thérapeutique contre la DTA.

-------------------------------

- Signification de l’atrophie du lobe temporal médial : une étude IRM post-mortem chez les sujets très âgés

(Neurology 2007 ;69 :1521-1527. F Barkhof) Si l’atrophie du lobe temporal médial est un signe radiologique sensible dans la maladie d’Alzheimer et les troubles cognitifs, sa signification chez les personnes âgées de plus de 85 ans n’est pas connue. Dans cette étude anatomo-radiologique les auteurs ont fait des IRM à132 cerveaux fixés dans le formol de personnes âgées de plus de 85 ans participant àl’étude Vantaa. L’évaluation de l’atrophie du lobe temporal médial était visuelle mais en aveugle par 2 radiologues et comparée aux résultats de l’étude autopsique et des critères de démence du DSM-III-R. Une relation étroite fut mise en évidence entre les scores d’atrophie du lobe temporal médial et les stigmates neuropathologiques de la maladie d’Alzheimer (p < 0,001). Un score seuil d’atrophie du lobe temporal médial > 2 permettait d’écarter correctement les sujets sans ou avec des lésions neuropathologiques douteuses de maladie d’Alzheimer (45/48). En revanche cette valeur seuil n’était pas très sensible pour le diagnostic positif de maladie d’Alzheimer. Les scores d’atrophie du lobe temporal médial > 2 étaient aussi observés chez des patients souffrant d’autres pathologies hippocampiques dégénératives comme la sclérose hippocampique ou les maladies àcorps de Lewy ou àgrains argyrophiles, que ces pathologies soient ou non associées àdes lésions neuropathologiques de maladie d’Alzheimer. Les auteurs ont montré une forte association entre des scores élevés d’atrophie du lobe temporal médial et le diagnostic de démence clinique dans ce sous groupe avec une sensibilité de 63% et une spécificité de 69% pour la maladie d’Alzheimer.

Conclusion : l’atrophie du lobe temporal médial sur l’IRM post-mortem est sensible aux résultats anatomopathologiques des pathologies dégénératives primaires de l’hippocampe chez les sujets très âgés, mais n’est pas spécifiques du diagnostic histologique de maladie d’Alzheimer. Des scores d’atrophie du lobe temporal médial < 2 sont rarement associés àla démence.


- Bon état dentaire et déclin cognitif

(J Am Geriart Soc 2007 ;55 :1410-1414. R Stewart) Dans cette étude transversale de population menée en Angleterre 2463 personnes âgées d’au moins 65 ans vivant àleur domicile et 1569 personnes institutionnalisées ont bénéficié d’une évaluation comprenant l’âge, le sexe, le niveau culturel, le handicap, l’index de masse corporelle, l’état dentaire et un test cognitif simple ( Abbreviated Mental Test Score). Moins de la moitié de l’échantillon de population (40,4%) et 67,9% de la population institutionnalisée était édentée. Le perte des dents multipliait par 3,6 le risque de troubles cognitifs (OR = 3,59, intervalle de confiance 95%, 2,36-5,47). Cette association restait forte après ajustement pour les autres facteurs confondants seulement dans la population générale. Les troubles cognitifs étaient aussi associés àun faible index de masse corporelle dans les 2 groupes sans que l’état dentaire en soit une raison.

Conclusion : un mauvais état dentaire est associé àun déclin cognitif et n’était pas lié dans cette étude àun faible index de masse corporelle. On ne peut exclure toutefois qu’un mauvais état dentaire ait pour conséquence un mauvais apport nutritionnel.


- Risque de troubles cognitifs ou de démence chez les parents de patients souffrant d’une maladie de Parkinson

(Arch Neurol 2007 ;64 :1458-1464. WA Rocca) L’augmentation du risque démentiel chez les parents de patients souffrant d’une maladie de Parkinson est l’objet de controverses. Dans cette étude les auteurs ont évalué 1019 parents au premier degré de 162 patients parkinsoniens, 858 parents de 147 témoins appariés et représentatifs de la population du comté de Olmsted (Minnesota) et en plus 2716 parents au premier degré de 411 parkinsoniens adressés àla Mayo Clinic. Soit ces parents ont répondu directement par téléphone àune évaluation cognitive soit en cas de démence leur représentant àun questionnaire. Pour les parents dont les aidants considéraient qu’ils étaient déments les auteurs demandaient la copie de leur dossier médical afin de confirmer la nature de la détérioration cognitive. Dans la population globale de l’étude, le risque de troubles cognitifs ou de démence était augmenté chez les parents de patients parkinsoniens par comparaison àcelui des parents des témoins (HR = 1,37, intervalle de confiance 95%, 1,03-1,81 ;p = 0,03). Ce risque était particulièrement accru chez les parents de patients dont la maladie de Parkinson avait débuté au plus à66 ans (tertile de la catégorie d’âges les plus jeunes, HR = 1,73 ; intervalle de confiance 95% 1,21-2,46 ; p = 0,03). Ces résultats étaient constants quelle que soit l’analyse. Dans la population de parkinsoniens adressés àla Mayo Clinic, le risque de troubles cognitifs ou de démence chez les parents augmentait avec le jeune âge de début de la maladie mais était indépendant des autres variables cliniques.

Conclusion : les troubles cognitifs ou la démence peuvent partager des facteurs de susceptibilité familiale avec la maladie de Parkinson (facteurs génétiques ou non).


Dans la même rubrique

Alzheimer : projet de décret
Personnes très dépendantes : un décret permet des structures de répit
Approches de projets de soins
Alzheimer : le mal du 21è siècle ?
Les trois quarts des résidents d’Ehpad souffrent de la maladie d’Alzheimer
Des réseaux gérontologiques dédiés à la maladie d’Alzheimer en projet à la MSA
Alzheimer et glucose
Alzheimer grande cause nationale 2007 ?
Le déclin cognitif léger pourrait être favorisé par la prise d’anticholinergiques !
L’étude du LCR au stade MCI
Faut-il prescrire un inhibiteur de la cholinestérase dans les Alzheimer évolués ?
Peut-on faire le diagnostic de maladie d’Alzheimer avec une prise de sang ?
Maladie d’Alzheimer : Analyse de la presse de référence
ALZHEIMER
Premiers essais des oméga 3 dans la maladie d’Alzheimer
Maladie d’Alzheimer : Revue de presse
OUTILS MUSICO-THERAPEUTIQUES
Infos maladie d’Alzheimer
L’Alzheimer au PET scan
Revue de presse Alzheimer
Revue de presse Alzheimer
Revue de presse Alzheimer
Revue de presse Alzheimer
Détecter précocement la maladie d’Alzheimer
Revue de presse Alzheimer
Revue de presse Alzheimer
Revue de presse Alzheimer 4 juillet 2007
L’association Alzheimer le Havre Pays de Caux organise
Diagnostic précoce Alzheimer
Revue de presse Alzheimer juillet 2007
AINS et Alzheimer : une nouvelle étude relance le débat
LES TROUBLES COGNITIFS CHEZ LES PERSONNES ÂGÉES PEUVENT ÊTRE REPÉRÉS EN MÉDECINE GÉNÉRALE
Le nouveau plan Alzheimer
Les statines protègent-elles de la maladie d’Alzheimer ?
Revue de presse Alzheimer septembre 2007
Dérèglement précoce du GPS cérébral dans la maladie d’Alzheimer
Revue de presse Alzheimer octobre 2007
Plan Alzheimer : 48 mesures proposées ce jeudi à Nicolas Sarkozy
Revue de presse novembre 2007
Prévenir l’épuisement des aidants
Alzheimer : Lancement de la "carte de soins et d’urgence"
Un rapport du Régime Social des Indépendants sur les dépenses de santé liées à la maladie d’Alzheimer
La dernière lettre de successfull aging
Le lent épuisement des proches de malades d’Alzheimer
Revue de presse Alzheimer mai 2008
Presse de référence Alzheimer
Analyse de la presse Alzheimer
Des allergies à l’Alzheimer : un sacré bond pour le dimebon
DENUTRITION ET MALADIE D’ALZHEIMER
Deux anti-Alzheimer donnent des résultats prometteurs
Un logiciel pour mieux diagnostiquer la maladie d’Alzheimer au stade précoce
Analyse de la presse Alzheimer
Revue de presse Alzheimer de PR éditions
Maladie d’Alzheimer : des risques pour les aidants
Alzheimer : en parler autour d’un café
Revue de presse Alzheimer
Revue de presse Alzheimer de PR éditions déc. 2008
Alzheimer : des symptômes avant le diagnostic
La maladie d’Alzheimer, un diabète du troisième type ?
CODEX un test rapide pour évaluer les fonctions cognitives
Comment différencier la démence du Parkinson et la démence à corps de Lewy ?
Alzheimer : ne pas traîner
Les médecins généralistes aussi efficaces que les cliniques de la mémoire

À propos de cet article

Dernière mise à jour le :
21 novembre 2007
Statistiques de l'article :
47 visiteurs aujourd'hui
21000 visiteurs cumulés

Google

La citation du jour

Visiteurs ! Où êtes-vous ?

Map IP Address
Powered byIP2Location.com

Identifiez-vous

Certaines rubriques du site ne sont accessibles qu'aux visiteurs identifiés


mot de passe oublié ?

SPIP 1.9.2c [10268] | BliP 2.4 | XHTML 1.0 | CSS 2.0 | RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs par jour (cumul) : 4370 (3381360)