Revue de presse Alzheimer

Le 20 juin 2007, par Louis LEVY,


- Le syndrome de l’épilepsie amnésique transitoire (Ann Neurol 2007 ; Epub ahead. CR Butler) Un ictus amnésique peut être la manifestation principale d’une épilepsie. Les auteurs ont recruté 50 patients sur une période de 18 mois sur les critères suivants : 1) épisodes récurrents documentés d’amnésie ; 2) respect des autres fonctions cognitives pendant les crises et 3) épilepsie prouvée. L’amnésie épileptique transitoire apparaît àun âge tardif (âge moyen de 62 ans). Les épisodes amnésiques sont fréquents (médiane de 12/an), brefs (durée médiane de 30-60 min) et apparaissent surtout au réveil (37/50 cas). L’épilepsie était le premier diagnostic porté par le spécialiste cher seulement 12/50 cas. Les crises disparurent àl’introduction d’un traitement anti-épileptique chez 44/47 patients traités. 40/50 patients présentaient des troubles de la mémoire chroniques. Malgré des performances normales sur les tests usuels les patients présentaient un oubli plus important à3 semaines aux tests visuels et verbaux par comparaison aux témoins appariés (p < 0,001). Ils avaient aussi des troubles de la mémoire biographique pour les événements au delàd’une période de 40 ans (p < 0,05).

Conclusion : les auteurs proposent que l’amnésie épileptique transitoire soit un syndrome épileptique de diagnostic difficile lors des premières manifestations et associé àune oubli àlong terme et une amnésie biographique.


- Folatémie dans les démences corticales et sous-corticales (Neurosci Lett 2007 ; Epub ahead. C Lovati) Dans cette étude 136 patients souffrant de démence corticale (108 atteints de maladie d’Alzheimer et 28 atteints de démence fronto-temporale), 57 patients souffrant de démence sous-corticale (9 atteints de démence àcorps de Lewy, 5 atteints d’une dégénérescence cortico-basale, 6 d’une paralysie supra-nucléaire progressive et 37 d’une démence parkinsonienne) et 76 témoins appariés ont bénéficié du dosage des folates sériques. Un taux inférieur aux valeurs normales fut observé chez les patients souffrant de maladie d’Alzheimer et de démence fronto-temporale par comparaison aux témoins et aux autres patients souffrant de démence sous-corticale (3,60 +/- 2,22 et 5,37 +/- 2,92 mug/l versus 6,87 +/- 3,50 mug/l, respectivement ; p < 0,01). Une tendance àl’hypofolatémie fut notée dans la dégénérescence cortico-basale et la démence àcorps de Lewy sans atteindre le seuil de significativité. Le plus grand nombre de patients ayant une hypofolatémie fut observé en cas de dégénérescence cortico-basale, démence fronto-temporale et maladie d’Alzheimer (respectivement 60%, 48,2% et 46,3% versus 7,9% chez les témoins ; p < 0,001).

Conclusion : une hypofolatémie caractériserait la démence fronto-temporale ainsi que la maladie d’Alzheimer et pourrait être liée àl’atteinte néocorticale.


- Quelle évaluation neuropsychologique serait prédictive d’un déclin cognitif ultérieur ? (Arch Neurol. 2007 ; 64 : 862-871. D Blacker) Dans cette étude prospective, 107 volontaires sans troubles cognitifs et 235 patients souffrant d’un MCI ont bénéficié d’une évaluation neuropsychologique àl’inclusion comprenant 6 tests et furent suivis pendant près de 5 ans. L’objectif primaire de cette étude était le délai d’apparition d’un MCI chez les témoins sains et celui de la conversion MCI-maladie d’Alzheimer pour les autres. Le risque d’évoluer vers un MCI était considérablement plus élevé parmi les sujets normaux qui obtenaient les plus faibles scores aux tests de mémoire épisodique (Hazard Ratio pour la diminution d’une déviation standard au California Verbal Learning Test = 0,55 ; p < 0,001). Les témoins porteurs au moins d’un allèle epsilon-2 de l’APOE développaient moins de troubles cognitifs que ceux qui n’avaient aucun allèle epsilon-2 (HR pour la présence de l’allèle = 0,13 ; p = 0,006). Les scores aux tests de mémoire épisodique et de fonctions exécutives étaient des facteurs prédictifs du délai de conversion MCI- maladie d’Alzheimer (HR pour la diminution d’une déviation standard au California Verbal Learning Test = 0,67 ; p = 0,005 - HR pour l’augmentation d’une déviation standard du temps pour terminer le TMT-B = 1,40 ; p = 0,007). Parmi les patients ayant un MCI, le risque de conversion vers une maladie d’Alzheimer augmentait avec le nombre d’allèle epsilon-4. Cet effet n’était toutefois pas significatif dans l’analyse multivariée.

Conclusion : chez les témoins aux fonctions cognitives normales, les performances de mémoire épisodique sont prédictives de l’évolution vers un MCI alors que le statut APOE epsilon-2 est associé àune réduction du risque de déclin cognitif. Les tests de mémoire épisodique et des fonctions exécutives sont des facteurs prédictifs du délai de conversion MCI-maladie d’Alzheimer.


- Fiabilité de l’évaluation clinique de la démence fronto-temporale (Arch Neurol 2007 ; 64 : 830-835. MF Mendez) Dans cette étude les auteurs ont revu rétrospectivement les critères consensuels de démence fronto-temporale, les tests neuropsychologiques, les IRM cérébrales et les SPECT/PET scan àla première visite par comparaison au diagnostic clinique après un suivi et une réévaluation à2 ans chez 134 patients adressés pour suspicion de démence fronto-temporale et qui avaient au moins 1 symptôme compatible en l’absence d’une autre étiologie au premier bilan. Les sensibilités et spécificités pour le diagnostic de démence fronto-temporale étaient respectivement de 36,5% et 100% pour les critères cliniques consensuels, de 63,5% et 70,4% pour l’IRM cérébrale et de 90,5% et 74,6% pour le SPECT/PET scan. Avec une prévalence proche de 50%, la valeur prédictive positive la plus importante était observée pour les critères cliniques consensuels (100%) et la valeur prédictive négative la plus élevée pour le SPECT/PET scan (89,8%). Les évaluations neuropsychologiques initiales ne permettaient pas de différencier la démence fronto-temporale mais le suivi évolutif (aggravation de la dénomination et des fonctions exécutives et préservation des capacités constructives) permettait de rétablir le diagnostic à2 ans.

Conclusion : les critères cliniques consensuels et les évaluations neuropsychologiques manquent de sensibilité pour le diagnostic de démence fronto-temporale. La neuro-imagerie, et particulièrement les examens fonctionnels augmentent largement la sensibilité pour détecter une démence fronto-temporale. Le diagnostic de démence fronto-temporale repose sur des critères neuropsychiatriques avec des anomalies au SPECT ou au PET scan et le suivi évolutif des anomalies aux tests neuropsychologiques.


- Utilisation des antipsychotiques chez les patients déments et risque de décès (Ann Intern Med. 2007 Jun 5 ; 146(11) : 775-86. Gill SS, Bronskill SE, Fischer HD, Herrmann N, Gurwitz JH, Rochon PA. Normand SL, Anderson GM, Sykora K, Lam K, Bell CM, Lee PE,) Les antipsychotiques (AP), atypiques ou non, sont largement utilisés chez les patients déments présentant des troubles du comportement, mais leur tolérance est mal connue. Dans cette étude canadienne, le risque de surmortalité àJ10, J60, J120 et J180 après le début du traitement a été évalué de manière rétrospective chez des personnes démentes, âgées de 65 ans ou plus, vivant àdomicile ou institutionnalisés. Les résultats ont montré l’existence d’une augmentation significative du risque de décès à30 jours dans le groupe traité par AP atypiques par comparaison au groupe sans traitement, que les patients soient àleur domicile (hazard ratio= 1,31 ; CI 95%= 1,02 à1,70) ou institutionnalisés (hazard ratio= 1,55 ; CI 95%= 1,15 à2,07). Ce risque persistait àJ180. Comparés aux AP atypiques, les AP conventionnels étaient associés àune majoration de la mortalité.

En conclusion, et même s’il existe plusieurs facteurs limitants (absence de données concernant la cause des décès, arrêt prématuré fréquent des traitements), cette étude confirme que l’utilisation des antipsychotiques, même atypiques, est associé àune minime mais significative augmentation de la mortalité chez les patients déments.


- Prise de poids et Olanzapine chez les patients déments (J Geriatr Psychiatry Neurol. 2007 Jun ; 20(2) : 107-14. Lipkovich I, Ahl J, Nichols R, Hardy T, Poole Hoffmann V.) Une prise de poids est classiquement associée àla prise d’antipsychotiques conventionnels ou atypiques, mais ceci est surtout connu chez les patients jeunes. Cette étude rapporte les données concernant 1267 patients déments, âgés de 65 ans ou plus, traités par Olanzapine (1 à20 mg/jour) pour des troubles du comportement (données issues des essais cliniques et fournies par le laboratoire). La plupart des patients ne présentaient pas initialement de surcharge pondérale. Lors de 20 premières semaines de traitement, une augmentation significative du poids fut notée chez les patients ayant un poids initial normal (index de masse corporelle, BMI, entre 18,5 et 25 kg/m2) ou bas (BMI <18.5 kg/m2) (augmentation moyenne de 1,29 kg et 1,22 kg, respectivement) par rapport àceux avec initialement une surcharge pondérale (BMI entre 25 et 30 kg/m2) ou ceux obèses (BMI > 30 kg/m2) (respectivement, 0,56 kg et 0,53 kg ; p=0,006). Le risque d’accroître son poids de 7% était significativement plus grand chez les patients sous Olanzapine par comparaison avec ceux sous molécule active ou ceux sous placebo (p<0,001 dans les 2 cas).

En résumé, l’Olanzapine entraîne une prise de poids chez les patients déments âgés souffrant de troubles du comportement, a fortiori en cas d’index de masse corporelle initial normal ou bas.


- Incidence et facteurs de risque des démences au Japon (J Neurol Sci. 2007 Jun 4 ; Meguro K, Ishii H, Kasuya M, Akanuma K, Meguro M, Kasai M, Lee E, Hashimoto R, Yamaguchi S, Asada T.) L’incidence des démences et les facteurs de risque (FDR) associées au développement de celles ci sont peu connus au Japon. A partir d’une première étude de prévalence réalisée en 1998, ces auteurs ont évalué l’évolution de ces patients en 2003 et 2005. La population cible était représentée par 771 résidents âgés de Tajiri, randomisés, dont initialement 204 (65,2%) étaient sains sur le plan cognitif (Clinical Dementia Rating, CDR à0), et 335 avec une démence incertaine selon l’échelle clinique de démence (73,1%, CDR à0,5). Plusieurs facteurs de risque ont été évalués : style de vie, facteurs démographiques, FDR vasculaires, fonctions cognitives et données de IRM cérébrale. Durant la période de suivi de 5 ans, 3,9% des participants avec CDR initial à0 et 37% avec CDR à0,5 ont développé une démence (CDR > 0,5). L’atteinte était alors de type Alzheimer dans 60,8% des cas, et vasculaire dans 17,9%. Les FDR pour la démence de type Alzheimer étaient les suivants : âge élevé, MMS initial, atteinte de la mémoire immédiate, atrophie généralisée en IRM. Pour la démence vasculaire, les facteurs prédisposants étaient l’âge élevé, un antécédent cérébrovasculaire, le MMS initial, une atteinte de type dysexécutive, et une leucoaraïose en IRM. 

Dans la même rubrique

Alzheimer : projet de décret
Personnes très dépendantes : un décret permet des structures de répit
Approches de projets de soins
Alzheimer : le mal du 21è siècle ?
Les trois quarts des résidents d’Ehpad souffrent de la maladie d’Alzheimer
Des réseaux gérontologiques dédiés à la maladie d’Alzheimer en projet à la MSA
Alzheimer et glucose
Alzheimer grande cause nationale 2007 ?
Le déclin cognitif léger pourrait être favorisé par la prise d’anticholinergiques !
L’étude du LCR au stade MCI
Faut-il prescrire un inhibiteur de la cholinestérase dans les Alzheimer évolués ?
Peut-on faire le diagnostic de maladie d’Alzheimer avec une prise de sang ?
Maladie d’Alzheimer : Analyse de la presse de référence
ALZHEIMER
Premiers essais des oméga 3 dans la maladie d’Alzheimer
Maladie d’Alzheimer : Revue de presse
OUTILS MUSICO-THERAPEUTIQUES
Infos maladie d’Alzheimer
L’Alzheimer au PET scan
Revue de presse Alzheimer
Revue de presse Alzheimer
Revue de presse Alzheimer
Revue de presse Alzheimer
Détecter précocement la maladie d’Alzheimer
Revue de presse Alzheimer
Revue de presse Alzheimer
Revue de presse Alzheimer 4 juillet 2007
L’association Alzheimer le Havre Pays de Caux organise
Diagnostic précoce Alzheimer
Revue de presse Alzheimer juillet 2007
AINS et Alzheimer : une nouvelle étude relance le débat
LES TROUBLES COGNITIFS CHEZ LES PERSONNES ÂGÉES PEUVENT ÊTRE REPÉRÉS EN MÉDECINE GÉNÉRALE
Le nouveau plan Alzheimer
Les statines protègent-elles de la maladie d’Alzheimer ?
Revue de presse Alzheimer septembre 2007
Dérèglement précoce du GPS cérébral dans la maladie d’Alzheimer
Revue de presse Alzheimer octobre 2007
Plan Alzheimer : 48 mesures proposées ce jeudi à Nicolas Sarkozy
Revue de presse novembre 2007
Prévenir l’épuisement des aidants
Alzheimer : Lancement de la "carte de soins et d’urgence"
Un rapport du Régime Social des Indépendants sur les dépenses de santé liées à la maladie d’Alzheimer
La dernière lettre de successfull aging
Le lent épuisement des proches de malades d’Alzheimer
Revue de presse Alzheimer mai 2008
Presse de référence Alzheimer
Analyse de la presse Alzheimer
Des allergies à l’Alzheimer : un sacré bond pour le dimebon
DENUTRITION ET MALADIE D’ALZHEIMER
Deux anti-Alzheimer donnent des résultats prometteurs
Un logiciel pour mieux diagnostiquer la maladie d’Alzheimer au stade précoce
Analyse de la presse Alzheimer
Revue de presse Alzheimer de PR éditions
Maladie d’Alzheimer : des risques pour les aidants
Alzheimer : en parler autour d’un café
Revue de presse Alzheimer
Revue de presse Alzheimer de PR éditions déc. 2008
Alzheimer : des symptômes avant le diagnostic
La maladie d’Alzheimer, un diabète du troisième type ?
CODEX un test rapide pour évaluer les fonctions cognitives
Comment différencier la démence du Parkinson et la démence à corps de Lewy ?
Alzheimer : ne pas traîner
Les médecins généralistes aussi efficaces que les cliniques de la mémoire

À propos de cet article

Dernière mise à jour le :
20 juin 2007
Statistiques de l'article :
42 visiteurs aujourd'hui
22462 visiteurs cumulés
Mots-clés :

Google

La citation du jour

Visiteurs ! Où êtes-vous ?

Map IP Address
Powered byIP2Location.com

Identifiez-vous

Certaines rubriques du site ne sont accessibles qu'aux visiteurs identifiés


mot de passe oublié ?

SPIP 1.9.2c [10268] | BliP 2.4 | XHTML 1.0 | CSS 2.0 | RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs par jour (cumul) : 4364 (3371287)